Rhabdomyolyse

Votre santé est très importante pour nous. Nous ne voulons pas seulement promouvoir la performance et l’apparence, mais le corps et l’esprit dans leur ensemble. Malheureusement, les méthodes d’entraînement intensives comme Freeletics amènent également certains dangers dont nous voulons vous avertir. Un de ces risques est la rhabdomyolyse. Cette maladie, dans lequel les cellules des muscles squelettiques, se dégradant rapidement, libèrent leur contenu dans la circulation sanguine et conduit à une insuffisance rénale, est très rare. Seulement 1 % des cas diagnostiqués sont causées par l’entraînement, et pourtant il faut prendre cela très au sérieux.

Toutes personnes physiquement actives, pas uniquement les Athlètes Libres, devraient se renseigner sur ce sujet afin d’en reconnaître les symptômes pour eux-mêmes et ceux qui les entourent en cas d’urgence.

Qu’est ce que la rhabdomyolyse et que se passe-t-il ?

Rhabdomyolyse est une désintégration des fibres musculaires dans le muscle squelettique. C’est-à-dire, le muscle commence à se dissoudre. Cela libère de grandes quantités de myoglobine, qui atteignent les reins via la circulation sanguine où cela peut causer de graves problèmes, pouvant aller jusqu’à une insuffisance rénale aiguë. Dans ce cas, l’intervention d’un médecin est absolument et immédiatement nécessaire !

Cette maladie peut être causée par divers facteurs. Une distinction est faite entre la rhabdomyolyse traumatique, la non traumatique, la rhabdomyolyse dépendant de l’effort et la rhabdomyolyse indépendant de l’effort. La rhabdomyolyse dépendant de l’effort peut se développer à partir de lésions musculaires survenues lors d’activité physique trop intense ou lors d’un surentraînement.

Bien que ce type de rhabdomyolyse soit extrêmement rare et ne représente que environ 1 % des cas diagnostiqués – ce qui reste un risque relativement faible – nous tenons à vous tenir informé, la santé de nos Athlètes Libres est toujours notre priorité !

Comment savoir si j’en souffre et que dois-je faire alors ?

En plus des symptômes tels que la fièvre, les vomissements, la diarrhée, les nausées et une fatigue excessive (qui peuvent tous être des symptômes d’autres maladies), les muscles endoloris, mous et gonflés sont des indications plus claires. Les médecins et les patients atteints parlent de graves douleurs musculaires, qui sont très différentes dans la forme et l’intensité à de simples courbatures. Comme dernier indice, lorsque la couleur de l’urine devient rouge-brune, vous devriez consulter immédiatement un médecin. C’est à ce stade que l’insuffisance rénale aiguë est imminente ou a déjà eue lieu. La progression de la maladie ne peut pas être arrêtée par l’athlète lui-même, c’est pourquoi les remèdes maisons tels que boire beaucoup d’eau n’aident pas dans ce cas.

En général, toute personne qui s’entraîne au-delà de sa propre limite, c’est-à-dire qui se surentraîne et ignore les signes avant coureurs comme une grosse fatigue et douleurs musculaires, peut-être affectée. Dans la plupart des cas, cela concerne les personnes non en formes ou les athlètes qui veulent récupérer leurs niveaux d’activités antérieures, après une longue pause. Mais même les Athlètes Libres bien expérimentés peuvent être en danger. Quand le corps a besoin d’une pause, il faut l’écouter ! Ne soyez pas trop ambitieux quand les choses vont mal, et ne succombez pas à la pression du groupe ! Si vous suspecter d’être atteint de la rhabdomyolyse, veuillez consulter un médecin immédiatement. Voici une liste qui peut vous aider vous et votre médecin à identifier plus rapidement la maladie.

Comment puis-je l’éviter ?

Première chose, ne paniquez pas ! Comme mentionné ci-dessus, la rhabdomyolyse causée par le (sur) entraînement est extrêmement rare. Les Athlètes Libres expérimentées connaissent déjà très bien les limites de leurs corps et devraient continuellement chercher à s’améliorer en définissant de nouveaux et plus élevés stimuli d’entraînement en fonction de cette base. L’entraînement intelligent est le seul moyen de renforcer vos muscles et votre corps dans leur ensemble, en réduisant ainsi les risques d’avoir cette maladie. Néanmoins, la santé passe toujours en premier et en priorité ! Pour cette raison, nous tenons à souligner à nouveau que vous ne devriez jamais vous entraîner avec des muscles trop douloureux et courbaturés. Travailler avec des muscles courbaturés pourrait endommager vos fibres musculaires et pourrait créer une forme de traumatisme.

Au lieu de cela, concentrez-vous sur la récupération et faites-en la promotion activement. Un sommeil suffisant et de qualité ainsi qu’un régime équilibré riche en vitamines et en minéraux sont l’alpha et l’oméga !

Ce qu’il faut toujours éviter :

S’entraîner en conjonction avec de l’alcool, des drogues, des médicaments (forts) ou pendant une maladie devrait être un no-Go absolu pour tout Athlète Libre. Cette combinaison non seulement augmente de manière significative le risque de rhabdomyolyse, mais comprend aussi d’autres nombreux dangers pour la santé, qui ne peuvent pas toujours être estimés. Vous devriez aussi éviter les stéroïdes, les substances anabolisantes ou les « power boosters » que l’on trouve sur internet, et dont on ne connait que très peu d’ingrédients.

Prenez soin de ne pas vous entraîner à des températures extrêmes – qu’elles soient froides ou chaudes. La charge de travail sur l’ensemble du corps est tout simplement trop grande à une chaleur excessive ou à des températures inférieures zéro. En plus des éventuels problèmes circulatoires, l’inflammation des voies respiratoires et le développement des maladies aiguës, les conditions extrêmes signifient que le corps ne peut pas gérer efficacement les stimuli de l’entraînement. Cela peut conduire à de mauvaises réactions dans le corps, comme la dégradation des muscles striés.

Dans tous les cas, avec des muscles courbaturés et à des températures extrêmes, l’exercice n’est pas amusant et il est donc préférable de l’éviter.

Cependant, la règle générale est d’écouter votre corps et votre condition – toujours ! En tant qu’Athlète Libre, il est particulièrement important de développer une certaine conscience de votre corps et de toujours l’écouter, surtout s’il envoie des signaux d’alerte ! Deux des signes avant-coureurs les plus importants et les plus forts sont la douleur et l’épuisement excessif. C’est la manière pour le corps de nous dire que sa limite est atteinte – que ce soit au niveau de l’entraînement ou de la récupération. Si vous ignorez ces signaux alors vous prenez un risque dangereux qui va à l’encontre des idées de Freeletics. Faîtes des pauses d’entraînement si vous en avez besoin, utilisez votre intelligence et arrêtez si c’est trop. Mais surtout, s’il y a des symptômes graves, consultez votre médecin – mieux vaut prévenir que guérir.

**Les résultats peuvent varier en fonction des individus. Chaque personne a sa propre expérience, ses habitudes d’entraînement et préférences alimentaires, et applique les informations données suivant leur situation personnelle.

Les services et informations fournis dans le contexte Freeletics ne sont pas d’ordre médical et ne remplace en aucun cas l’avis d’un médecin. Ces informations ne sont pas un substitut à une consultation médicale ou un traitement. Si vous avez des questions et doutes en matière de santé, nous vous recommandons de consulter un médecin, kinésithérapeute, diététicien ou professionnel de la santé. Veuillez prendre connaissance des informations santé dans le paragraphe 4 de nos conditions générales de ventes.

Veuillez télécharger la check-list ci-dessous.

Cet article vous a-t-il été utile ?
Utilisateurs qui ont trouvé cela utile : 29 sur 29